Quel est votre coût sur le web ?

Quand c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit. Si vous êtes le produit, alors combien valez-vous ?

— Quel est votre coût sur le web ?

« Quand c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit. » est une citation dont on ne connait l’auteur, mais assez connue sur le web à propos du business model des réseaux sociaux et à propos des services gratuits en ligne.

 

Les anglophones disent: « If it’s free, you’re the product » ou « If you’re not paying for it, you become the product« . Cette célèbre citation nous a conduit à nous demander : Si nous sommes le produit, combien valons-nous exactement ? On pourrait mieux se vendre non ? Rires.

Si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit

Internet s’est développé et le web avec lui de façon exponentielle, les plateformes nous consomment du temps et comptent des centaines de millions voir des milliards d’utilisateurs pour les plus gros. Facebook, ce géant comptabilisait 2 milliards d’utilisateurs actifs mensuels au second trimestre 2017, ce qui représente presque 30% de la population mondiale, chiffre énorme pour une entreprise créée en 2004. Mais on pourrait aussi citer d’autres réseaux comme Twitter, Instagram, Snapchat, Whatsapp. Créer un compte sur facebook c’est gratuit, envoyer des messages à vos proches sur Messenger, regarder des stories Instagram ou encore suivre des vidéos sur Youtube : tout ça c’est gratuit.

 

Mais comment ces réseaux gagnent-ils de l’argent ? Facebook a fait près de 70 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Nous sommes de nombreux, utilisateurs d’internet qui visitent quotidiennement YouTube, achètent sur Amazon, font des recherches sur Google, s’envoient des courriels à partir de GMail ou communiquent sur Facebook. Beaucoup d’internautes ne savent pas que notre navigation, nos préférences (les likes sur Facebook ou YouTube par exemple), nos choix, nos recherches, dévoilent beaucoup de nos choix de consommation à des entreprises privées. Allons au plus basique : des entreprises locales ici payent à Facebook pour augmenter leur visibilité et attirer plus de prospects en fonction des services et produits qu’ils vendent, de la zone géographique, de l’âge, des centres d’intérêts des utilisateurs etc.. Cette visibilité payée est concrétisée/livrée par des likes, des vues, des interactions etc.. Qui sont les auteurs de ses interactions ? Des personnes comme vous et nous qui nous retrouvons dans les critères de publicité établis grâce à notre historique de navigation, aux cookies etc.. Des utilisateurs comme vous et nous ne font que liker ce qu’ils aiment et zapper ce qui ne les intéresse pas. Nous likons des pages, cliquons sur des liens, lisons des publications sponsorisées en fonction de nos centres d’intérêts. Mais ce sont ces actions que nous faisons qui sont facturées à l’entreprise qui paye Facebook pour sa visibilité.

 

En gros, nous sommes le produit que Facebook vend aux marques, aux entreprises etc.. La porte est grande ouverte avec beaucoup de services gratuits afin que nous puissions consommer la publicité vendue et exécuter les actions pour lesquelles une entreprise paye Facebook, mais pas nous. You’re the product.. Vous êtes le produit ! Maintenant que vous avez compris non seulement que vous êtes l’une des  personnes qui exécute le travail pour lequel votre voisin paye Facebook mais aussi et surtout que c’est votre action, c’est vous que Facebook vend à votre voisin, allons déterminer combien vous valez.

Alors si vous êtes le produit, combien valez-vous ?

Vous l’aurez compris, le moindre mouvement en ligne de chaque internaute est scruté par des programmes informatiques destinés à recueillir vos données personnelles pour aider les entreprises, les organisations, les e-commerçants à vous adresser la publicité qui vous intéresse, au bon moment. Ces  “cookies” se cachent dans des diaporamas photo, des sondages, des tests et quizz, des jeux-concours. Ils enregistrent l’adresse IP de votre ordinateur et étudient l’historique de votre navigation pour déterminer vos centres d’intérêt et vos préoccupations du moment.

Ainsi, après avoir fait quelques recherches en ligne sur un modèle de voiture, vous découvrirez en visitant votre profil Facebook une publicité pour ce constructeur automobile. Sachant que l’internaute est intéressé par son produit, le vendeur en ligne peut alors lui adresser une remise ou une offre spéciale pour le convaincre d’acheter chez lui plutôt que chez un concurrent.

Les réseaux sociaux recueillent également les informations contenues dans vos posts, commentaires et “likes” avec assiduité pour les revendre sur le marché des données. Selon le site Capital.fr ( https://www.capital.fr/evenement/le-guide-du-numerique), voici ce que rapporte un utilisateur aux plateformes gratuites :

  • 0,056 euro pour chaque photo sponsorisée affichée sur un profil Instagram
  • 0,05 euro pour chaque publicité vidéo visionnée pendant au moins 30 secondes sur YouTube
  • 0,15 euro pour chaque clic d’un internaute sur une publicité ciblée sur Twitter
  • 0,20 euro pour chaque clic d’un internaute sur un bandeau publicitaire sur Gmail
  • 0,65 euro pour chaque clic sur une publicité sur Facebook
  • 2 euros pour chaque clic d’un internaute CSP+ sur une publicité ciblée sur Google
  • 4 euros pour chaque clic d’un internaute CSP+ sur une publicité ciblée sur LinkedIn

Maintenant vous savez ce que vous valez en étant un produit. Tcha tchao le produit (by le Parisien)

Dites-nous votre point de vue

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire: